Kabini

Histoire

Les rois Lingayat ont régné sur Kodagu jusqu’à la domination de l’administration coloniale britannique survenue dans les années 1850, peu de temps après la défaite de Tipu Sultan de Mysore. La présence d’anciens réservoirs d’irrigation suggère l’existence dans le passé de zones d’agriculture au coeur même des forêts. Sous le règne des Lingayat, les forêts étaient une propriété commune; l’agriculture sur brûlis et l’exploitation du bois par les tribus forestières étaient donc largement répandues.

La création du Département des Forêts par l’administration coloniale en 1860 a permis de limiter les feux de forêts, de contrôler l’agriculture sur brûlis et l’empiètement agricole, d’organiser une récolte raisonnable du bois et la création de plantations de teck. Les forêts ont été peu à peu délimitées depuis les années 1890 et sont devenues des réserves nationales.

Après l’indépendance, le gouvernement Indien a favorisé l’agriculture et l’exploitation forestière. On a fait venir une main d’oeuvre bon marché constituée de tribus et d’autres communautés pour protéger la forêt et cultiver du riz dans les zones marécageuses (hadlus). En 1955, 285 kilomètres carrés de forêts furent délimités pour servir de refuge au gibier de Naharhole. Cette zone fut étendue en 1974 par l’ajout des forêts de la province de Mysore, atteignant ainsi une surface totale de 644 kilomètres carrés, et devint par la même occasion un Parc National.

 
Khedda Elephant
Le Khedda de Kakankote

On pratique dans la forêt de Kakankote à Mysore le Khedda, qui est une méthode pour capturer les éléphants sauvages: des mahouts expérimentés montés sur des éléphants domestiqués battent et poussent la horde d’éléphants sauvages dans un enclos.